Le harcellement des filles musulmanes dans l'Enseignement

Date de publication : 07-09-2006  
De plus en plus d'√©coles officielles refusent l'inscription des jeunes filles portant le foulard; ce qui constitue une violation flagrante de la constitution belge qui garantit, dans son article 19 (voir ci-dessous), √† tout citoyen le droit de culte et le droit √† son exercice public. Ces √©coles qui pr√©tendent d√©fendre le pluralisme, la libert√© de conscience, l'humanisme, l'ouverture et la d√©mocratie, agissent tout √† fait √† l'oppos√© et donnent m√™me, en direct, des le√ßons d'intol√©rance, de rejet et de fermeture d'esprit. Par ces pratiques, l'√©cole publique sort de sa neutralit√© et impose l'id√©ologie de ses responsables √† ses √©l√®ves. Pour combattre ces d√©rives de l'√©cole publique, la mobilisation de tous est indispensable. La lettre ci-dessous, adress√©e, il y a quelques ann√©es, au ministre de l'enseignement, et dont la copie nous est parvenue, nous para√ģt encore d'actualit√©. Ci-dessous, le texte int√©gral:



date, le 01/09/2000

Monsieur le Ministre
de l'Enseignement Secondaire


Objet : Rejet et exclusion des filles musulmanes au sein des écoles officielles.

Monsieur le Ministre,

En ce jour de rentr√©e scolaire 2000, j'ai l'honneur de vous faire part d'une le√ßon particuli√®re d'intol√©rance, de rejet et d'exclusion que moi, mon √©pouse et ma fille avons suivie au sein de l'une des √©coles officielles de l'enseignement organis√© par la Communaut√© Fran√ßaise, √† savoir l'Ath√©n√©e Royal " Charlemagne " de Fl√©ron ; une le√ßon semblable ayant √©t√© suivie la veille dans l'une des √©coles catholiques et quelques ann√©es plus t√īt √† l'Ath√©n√©e Royal de Soumagne.

Ce matin, nous nous sommes présentés pour l'inscription de ma fille en 1ère année secondaire. Après son inscription, nous avons été surpris par l'interdiction faite aux filles musulmanes de porter le foulard. Une discussion, d'environ 20 mn, avec le Chef d'établissement a permis à ma fille notamment, dont l'enthousiasme était à son comble, de suivre en direct une leçon d'intolérance et de rejet qui l'avait complètement bouleversée. Sa déception et son incompréhension de cette décision discriminatoire n'ont trouvé d'expression que dans des pleurs incessants et l'interrogation innocente :" pourquoi nous font-ils cela ? ".

Quoiqu'il devient relativement fréquent ces dernières années, ce comportement honteux, emprunté à des régimes très peu soucieux des lois et droits humanitaires internationaux, est non seulement anticonstitutionnel mais aussi et surtout contraire aux missions éducatives et pédagogiques de l'école moderne du 21ème siècle.
Contraindre les filles musulmanes à délaisser leur foulard est anticonstitutionnel. En effet, la Constitution belge stipule:

* Art. 19 : La liberté des cultes, celle de leur exercice public, ainsi que la liberté de
manifester ses opinions en toute matière, sont garanties, sauf la répression des
délits commis à l'occasion de l'usage de ces libertés.


* Art. 22bis : Chaque enfant a droit au respect de son intégrité morale, physique, psychique
et sexuelle. La loi, le décret ou la règle visée à l'article 134 garantissent la protection de ce droit.


* Art. 24 : La communauté organise un enseignement qui est neutre. La neutralité implique
notamment le respect des conceptions philosophiques, idéologiques ou religieuses
des parents et des élèves.

Contraindre les filles musulmanes à délaisser leur foulard est contraire aux missions éducatives de l'école. En effet, la contrainte est une forme de violence dont l'une des missions de l'école est de combattre sous toutes les formes. C'est aussi une forme de discrimination visant une communauté tout entière de notre population.

Bien que cette pratique condamnable soit bien connue du monde des adultes notamment dans le domaine de l'emploi, et que je connais personnellement depuis des années, la transposer dans le monde de la jeunesse et dans le cadre de l'école est une aberration monstrueuse.


Monsieur le Ministre,

N'est-il pas parmi les objectifs généraux de l'enseignement fondamental et de l'enseignement secondaire, tels que spécifiés dans le décret définissant les missions prioritaires de l'enseignement d'

"assurer à tous les élèves des chances égales d'émancipation sociale " ?
( Chap. II Art.. 6.4) ;

et pour atteindre ces objectifs, la Communauté Française veille à ce que

" chaque établissement éduque au respect de la personnalité et des convictions de chacun au devoir de
proscrire la violence tant morale que physique et mette en place
des pratiques démocratiques de citoyenneté responsable au sein de l'école " ?
( Chap. II Art.. 8.9).

" les établissements dont elle est responsable prennent en compte les
origines sociales et culturelles des élèves afin d'assurer à chacun
des chances égales d'insertion sociale professionnelles et culturelles " ?
( Chap. II Art.. 11).


Enfin, contraindre les filles musulmanes √† d√©laisser leur foulard est contraire aux missions p√©dagogiques de l'√©cole. En effet, que dire d'un premier contact de l'enfant avec l'enseignement secondaire qui lui signifie clairement son rejet et o√Ļ sa premi√®re le√ßon, dispens√©e par le chef d'√©tablissement lors de son accueil, ne lui apprend que les mots " probl√®mes " et "sanctions " sans cesse r√©p√©t√©s et il aura fallu mon intervention personnelle pour faire savoir qu'il existait aussi le mot " r√©compense ". Dans un contexte pareil, l'√©ducation par l'exemple qui est l'un des outils p√©dagogiques les plus efficaces de l'enseignement se trouve compromis √† jamais. Pourrait-on, encore, convaincre l'enfant du principe de " l'√©galit√© des chances ", du " combat de la d√©mocratie contre l'intol√©rance, le rejet et l'exclusion " ?

En cette période préélectorale, il est important aux partis " démocratiques " de prouver, par la pratique, les principes qu'ils défendent. " La lutte contre l'intolérance, le rejet et l'exclusion " , " l'égalité des chances " et " les droits de l'homme " ne peuvent rester de vains mots vides de sens. Notre jeunesse doit saisir ces valeurs par leur vécu ; les mots seuls ne feront que leur inculquer l'hypocrisie, enraciner en eux le racisme et la violence, les écarter des vraies valeurs d'une société moderne et les rapprocher de plus en plus de la violence dont souffre notre société.

Monsieur le Ministre,

Avec la montée de l'intolérance des établissements scolaires à l'égard de notre communauté et l'absence de réseau musulman d'écoles libres, absence soulevée, il y a quelques années, par l'un des hauts fonctionnaires de l'enseignement de l'Etat, en lançant son défi : " créez vos écoles ! ", et dans le souci de ne pas compromettre l'avenir de nos enfants, nous nous trouvons contraints de nous orienter, du moins provisoirement, vers l'enseignement à distance, déjà poursuivi, avec succès, par les précédentes victimes de l'esprit rétrograde et totalitaire qui sévit notre environnement et que notre société toute entière se doit de combattre, dans la légalité et le droit.

Toutefois, nous sommes confiants au sens de responsabilit√© de nos √©lus pour proc√©der √† la correction de ces injustices qui font de notre soci√©t√© une soci√©t√© de ghettos, clo√ģtr√©e dans les carcans de pr√©jug√©s sans fondements h√©rit√©s d'un autre √Ęge.

Enfin, recevez, Monsieur le Ministre, mes salutations distinguées.



Signature


Auteur : Mohammed Said


Il n'y a aucun commentaire pour cet article.


Ne soyez pas passif, rťagissez ŗ cet article, en ajoutant votre commentaire

Copyright © CSMB 2010