Communiqué du Conseil Supérieur
des Musulmans de Belgique

 

Chers frères, Chères sœurs,

Assalamou alaykoum wa Rahmatoullah

Personne parmi nous n’ignore l’appel de notre Seigneur, Le Très Haut, dans le verset suivant 

« Attachez-vous tous fermement au pacte de Dieu,
et ne vous divisez pas »

adressé à la communauté musulmane afin qu’elle unisse ses rangs et qu’elle abandonne ses divisions et ses querelles intestines.

Combien avions-nous entendu cet appel lancé du haut des chaires des mosquées (minbar) ou à travers les chaines de télévisions, sans que nous lui accordions une quelconque importance et peut-être même certains parmi nous l’avaient considéré comme dépassé dans le temps, voire comme une futilité !

Et combien de fois avions-nous entendu la mise en garde contre la division et ses conséquences, notamment dans les versets suivants :

« Ne suivez pas l’exemple de ceux qui, après avoir reçu les preuves, se sont divisés et se sont opposés les uns aux autres »

« Ne vous livrez pas entre vous à des disputes qui entameraient votre union et compromettraient vos chances de succès ! »

sans que cela ne puisse avoir un effet sur nous, comme si cette mise en garde ne nous concernait pas !

Et combien de sévères avertissements avions-nous reçus à travers les événements de l’histoire ainsi que des différentes exactions que nous avions subies, notamment ces dernières années, avec la dégringolade progressive et continue de nos droits qui de l’aveu même des nombreux rapports nationaux et internationaux, établis sur la question, n’ont jamais connu de période aussi sombre, sans que cela nous ait servi de leçon !

« Et nous vous avions donné des exemples. »

Notre absence de la scène politique et sociale a fait de nous le bouc émissaire permanent de tous les malheurs. Le moment est venu où nos filles et nos femmes subissent de plein fouet les conséquences de notre immobilisme et de notre humiliante indifférence aux affaires communautaires qui a duré des décennies. Ainsi, ces innocentes deviennent des cibles privilégiées à la haine de l’islamophobie. Par sa loi anticonstitutionnelle interdisant le foulard islamique au sein de toutes ses écoles, prise le 11 septembre, tout un symbole, la Communauté Flamande non seulement prive nos filles de l’un de leurs droits les plus fondamentaux à savoir celui de l’apprentissage, mais en plus elle les considère comme des terroristes. La tumeur cancéreuse de l’intolérance gagne du terrain et atteint la province du Hainaut qui à son tour bannit les musulmanes de ses écoles provinciales. En l’absence d’une réaction sérieuse de la part des musulmans, le cancer envahirait tout notre pays et cette loi partiale et injuste sera, dans peu de temps, généralisée à tout le territoire belge, malgré son inconstitutionnalité et son atteinte flagrante aux droits de l’Homme.

Cette antipathie de la société à l’égard de la femme musulmane se limite-t-elle au port du foulard à l’école ? Loin s’en faut, tout montre que la femme musulmane devient la cible privilégiée car elle représente le symbole apparent de l’Islam, cette religion que certains essaient de confondre avec le terrorisme.

Les appels de détresse lancés quotidiennement par ces victimes innocentes ne cesse d’assourdir les oreilles des autorités et de la justice, mais sans réponse ! Combien de femmes avaient essuyé des insultes en public ! Combien d’entre elles s’étaient vu refuser le droit de se soigner pour la seule raison d’avoir demandé d’être consultées par une femme ! Et la liste est longue allant du refus de leur droit au CPAS jusqu’aux attaques physiques.

Beaucoup de personnes pourraient penser que les exactions à l’égard de la femme musulmane sont dues aux préjugés que la société a d’elle. Alors, qu’en est-il de l’homme musulman ? Si celui-ci est généralement épargné des attaques physiques pour différentes raisons compréhensibles, les différents rapports nationaux et internationaux soulignent régulièrement les multiples discriminations à son égard dans différents domaines, notamment en matière d’emploi et de logement.

Les multiples campagnes de dénigrement menées ces dernières années contre les différents symboles de l’Islam, englobant la femme, les mosquées, les imams, les enseignants de religion islamique ainsi que contre les valeurs et les principes de cette religion montrent une volonté délibérée d’assimilation pure et simple de la minorité musulmane. N’est-ce pas la concrétisation de la mise en garde adressée par les versets suivants :

Si jamais ils ont le dessus, ils vous lapideront ou vous feront retourner à leur religion, et vous ne réussirez alors plus jamais".

Comment donc! Quand ils triomphent de vous, ils ne respectent à votre égard, ni parenté ni pacte conclu.

Quant au multiculturalisme souvent affiché par notre société, il ne trouve son sens concret que dans la gastronomie et les loisirs.

L’humiliation de notre communauté n’a jamais atteint un tel niveau, mais comme nous l’affirme le verset suivant :

Tout malheur qui vous atteint est dû à ce que vos mains ont acquis.
Et Il pardonne beaucoup.

Personne ne doute que l’origine des malheurs de cette communauté se trouve dans ses divisions. Cependant, quelles démarches avons-nous entreprises afin de rassembler et d’unir ces rangs dispersés? Pourquoi portons-nous, toujours, la responsabilité de nos défaites sur les autres ? C’est l’adversaire qui nous empêche de nous unir ! C’est lui qui œuvre pour nous diviser ! C’est encore lui qui planifie pour nous maintenir sous son emprise !

N’est-ce pas nous-mêmes qui, sous l’emprise de nos désirs et de nos passions, avions galopé derrière ceux qui nous humilient aujourd’hui pour les satisfaire même aux dépends de nos principes et de nos valeurs ?

Soyons sincères envers nous et envers les autres ! Combien de tentatives d’union avaient été repoussées par les musulmans eux-mêmes !

o        Avec la prétention de l’absence d’intérêt, la communauté a retiré son soutien au Conseil Supérieur des Musulmans de Belgique surtout après sa non reconnaissance de la part des Autorités qui l’avaient remplacé par un Exécutif des Musulmans qu’elles considèrent comme une marionnette qu’elles manipulent à leur guise !

o        Sous prétexte de l’absence de compétences et d’expériences suffisantes en la matière ainsi que de l’hypothétique bas niveau que ces écoles allaient avoir, des préjugés qui colonisent nos esprits depuis des décennies, ont été avortés tous les efforts pour la création d’écoles qui auraient pu garantir à nos enfants leur droit au savoir et à une éducation conforme à nos principes et nos convictions ! Les expériences tardives entreprises ces dernières années en France, après que ce pays ait fermé, officiellement, toutes les portes du savoir aux musulmanes portant le foulard et que la Belgique cherche à imiter, redonnent l’espoir aux musulmans avec des exemples réussis. Voir ce modèle de lycée où le taux de réussite aux examens du Brevet et du Baccalauréat a été de 100%, un taux inconnu jusqu’ici dans les autres écoles :

http://www.france24.com/fr/20091019-focus-france-ecole-privee-musulmane-eleve-religion-arabe-islam

o        Sous prétexte de la volonté d’intégration et de la crainte de marginalisation et de ghettoïsation, la communauté avait rejeté toutes les expériences politiques entreprises par des musulmans afin de défendre les intérêts de leur communauté au niveau des instances de décision. Quant aux voix des musulmans, lors de chaque élection, elles sont acheminées sous bonne escorte gratuitement aux partis qui, souvent, ne rencontrent aucune gêne de décider des lois contre leurs intérêts ou de se rallier à ceux qui en décident !

o        Sous prétexte de défendre nos droits dans le travail, nous finançons les syndicats qui militent ouvertement en faveur de la ségrégation à l’encontre des filles et des femmes musulmanes, alors que nous refusons de financer les organismes qui ont pour vocation de défendre nos valeurs !

o        Et sous prétexte de l’abondance des occupations et du manque du temps, nous avons déserté les travaux d’intérêt communautaire et nous nous sommes tournés à nos intérêts personnels, tout en oubliant que l’intérêt de l’individu est dans l’intérêt de la collectivité.

 

Chers frères et sœurs,

Le Conseil Supérieur des Musulmans condamne sévèrement cet apartheid d’une autre nature qui affecte notre communauté et qui lui fait perdre progressivement tous ses droits et intérêts comme il condamne l’immobilisme et l’inertie qui font de cette communauté une proie facile à tous les prédateurs. La position adoptée aujourd’hui par le Conseil n’est nullement nouvelle, elle a toujours été la sienne depuis son installation. Le nouveau en la matière est que les avertissements et les mises en garde que le Conseil avait adressés au fil des années à la Communauté et que beaucoup voyaient exagérées et qu’elles ne pourraient avoir lieu dans un pays libre et démocratique tel que le notre, deviennent aujourd’hui une réalité vécue par chacun d’entre nous.

Comme chacun le sait, la simple condamnation verbale ne suffit pas à retrouver notre dignité et notre honneur, et d’ailleurs elle est rejetée par notre Seigneur, comme le témoigne le verset suivant:

« Ô vous qui avez cru! Pourquoi dites-vous ce que vous ne faites pas?
C'est une grande abomination auprès d'Allah que de dire ce que vous ne faites pas. »

 

L’action réfléchie et sincère est indispensable. De même un esprit de longue haleine est nécessaire,

« Et dis : "Œuvrez, car Allah va voir votre œuvre, de même que Son messager et les croyants »

 

>Ce Conseil qui a été créé par la Communauté en 1991 et qui, grâce à Dieu ensuite grâce aux efforts déployés par certains parmi vous qui l’avaient soutenu moralement, financièrement ainsi que par le sacrifice de leur temps, a pu résister durant toutes ces années aux multiples tentatives de son éradication afin de laisser le champ libre aux loups de prendre possession de la bergerie ; ce conseil vous interpelle aujourd’hui afin de rassembler nos forces autour de lui pour le réactiver et lui permettre la réorganisation de notre Communauté ainsi que la défense de ses valeurs et de ses droits garantis par la Constitution et les différents traités internationaux que notre pays avait signés.

Que chacun ressente sa responsabilité de notre situation et œuvre concrètement, avec tous les moyens possibles, à son amélioration !

Votre contribution personnelle peut prendre l’une des formes suivantes ou plusieurs d’entre elles :

o        La participation au financement du Conseil, en versant vos dons directement sur le compte n° 310-1055348-74 avec la dénomination Conseil islamique supérieur ;

o        L’apport de votre soutien à l’action du Conseil à travers notre site internet, en cliquant sur le lien suivant :

http://www.csmbnet.org/pages/soutien.htm

o        Vos avis et vos suggestions à travers notre forum ;

o        La diffusion de cette information à travers vos connaissances parmi les musulmans de notre pays, soit par email, soit en version papier, soit via toute autre forme de communication ; tout cela afin de répandre le bien et l’intérêt des musulmans. Celui qui indique le chemin du bien a la même récompense que celui qui le fait.

Enfin, sachons tous que notre avenir ainsi que celui de nos enfants et des générations futures dépendent de l’action que nous menons aujourd’hui, conformément au verset suivant :

«  En vérité, Allah ne modifie point l'état d'un peuple, tant que
les [individus qui le composent] ne modifient pas ce que est en eux-mêmes »

Et les générations futures nous évoqueront, certainement :

o        Soit en bien et elles prieront pour nous si nous leur aurions légué un héritage honorable et une dignité garantissant leur fierté et leurs droits ;

o        Soit autrement si la succession n’aurait pas permis la préservation de leurs droits et une vie de dignité comparable aux autres communautés.

Œuvrons tous, dans l’unité, à être parmi le premier groupe qui sera digne de reconnaissance.

Qu’Allah nous guide dans le bon chemin !